Créatures primordiales

Description

Une femme et un homme doivent remplir des mandats qui les mèneront d’Istanbul à Toronto, de l’estuaire de la Corne d’Or à la rivière Kobechenonk. Au fur et à mesure, ils rencontreront les créatures primordiales dans leur recherche de vérité. L’homme-livre doit rassembler 7000 ouvrages sur les classes sociales turques. La femme-hibou doit mettre au monde un rejeton à l’âme millénaire. Alliant sensibilités méditerranéenne et boréale, la voix de Tassia Trifiatis-Tezgel est unique.

Reviews

Je me doutais que cette nouvelle ville de Toronto où j’avais été appelée, après Istanbul, était tout comme ces bois, un lieu où fourmillait le Nombre, avec en son sein des bêtes et des brutes, des esclaves et des dieux, des étoiles et des assoupis. Une femme et un homme reçoivent par la poste des Mandats qu’ils doivent remplir chacun de leur côté et qui les mèneront d’Istanbul à Toronto, de l’estuaire de la Corne d’Or à la rivière Kobechenonk. Ces commandes leur feront rencontrer les créatures primordiales qui les guideront dans leur recherche de vérité. À Istanbul, l’homme-livre doit notamment rassembler sept mille ouvrages sur les classes sociales turques. À Toronto, la femme-hibou doit mettre au monde un rejeton à l’âme millénaire, dans des douleurs elles aussi millénaires. Sur leur route, les protagonistes croiseront Devrim, l’enfant pousseur de chariot, une bibliothèque vivante, la Reine des Six, la Morte de la Forêt… Alliant avec gravité les sensibilités méditerranéenne et boréale, la voix de Tassia Trifiatis-Tezgel possède des accents littéraires uniques. Tassia Trifiatis-Tezgel est née à Montréal en 1980. Judas , son premier roman, est paru en 2007, suivi en 2010 de Mère-Grand , pour lequel elle a été finaliste aux Prix littéraires du Gouverneur général. Elle est également l’auteure du récit de voyage Les platanes d’Istanbul (Prix de la Société Alcuin 2018).