Description

Réfugiée dans un village aux confins de la forêt boréale, Brigit fuit un passé marqué par la violence. Mais le malheur s’acharne lorsqu’elle découvre le cadavre d’une jeune fille récemment disparue. Elle doit alors faire face à l’inspecteur chargé de cette affaire de plus en plus complexe. Tiraillée entre l’exigence de taire ses secrets et son implication dans l’enquête, Brigit voit ressurgir ses hantises et les événements tragiques de son ancienne vie.

Reviews

Elle aime le geste simple de plonger la lame de son couteau dans la terre pour soulever la tige de la chanterelle sans l’abîmer. (…) Ce rituel tient pour elle du recueillement, il lui apporte un apaisement qu’elle ne croyait plus être capable d’atteindre. Cette vie routinière lui convient. Pour la première fois depuis très longtemps, elle se sent en lieu sûr.. Dans un village aux confins de la forêt boréale où elle est venue se réfugier, Brigit tente de fuir un passé marqué par la violence. Mais le malheur semble la poursuivre même au sein de cette petite communauté repliée sur ses méfaits. Dans un ravin à la frontière de ses terres, elle fait la découverte du cadavre d’une jeune fille récemment portée disparue. Un inspecteur de la capitale est chargé de cette affaire de plus en plus complexe. Brigit, tiraillée entre l’exigence de taire ses secrets et son implication dans l’enquête, voit ressurgir ses hantises et les événements tragiques de son ancienne vie.. Ce drame nordique, on le suit en alternance avec celui de Dana qui, à l’autre bout du monde, dans des camps de migrants surpeuplés, est à la fois témoin et victime de multiples massacres. Qu’ont en commun ces deux héroïnes aux prises avec la barbarie de notre siècle ?. Polar ? Thriller ? Roman psychologique ? Dans ce quatrième roman, l’auteure brouille à dessein les frontières des genres. Avec son style précis, sa langue élégante et belle, Anna Raymonde Gazaille aborde les thèmes universels de l’identité, de la vengeance et du destin, nous invitant à retirer nos œillères et à tenter d’embrasser d’un regard la condition humaine.. Anna Raymonde Gazaille est l’auteure de Traces (2013), Déni (2014), ?naliste du prix Saint-Pâcome du roman policier, et Jours de haine (2017), tous parus chez Leméac. Elle a aussi participé au collectif de nouvelles Crimes à la bibliothèque (Druide, 2015), avec Guerrière..