La description

Réaction d'un jeune après le suicide d'un de ses amis. Description du mal-être dans les banlieues monotones, du sentiment qu'il n'y a pas d'avenir pour les jeunes. Une histoire prenante qui ne fait pas la morale, qui ne juge et condamne personne et, en bout de ligne, un hymne à la vie. Une écriture d'une grande finesse.

Finaliste du prix Anne-Hébert 2006, ce roman a été adapté au théâtre par Claude Poissant du PàP sous le titre « Je voudrais me déposer la tête », et au cinéma par Stefan Miljevic sous le titre « Le lendemain de la fête ».

Reviews

Je ne regarde pas dehors. Je ne veux pas je ne peux pas. Pas une seule fois, même du coin de l'oeil, non. Je suis dans ma fourrure de torpeur. La vraie torpeur, la blindée, celle qui arrive par le sang et qui envahit les entrailles, comme une maladie. La somnolence et un peu la mort. Parce qu'ici, on ne sait pas être et dès l'enfance on apprend à s'oublier. Pace qu'on ne nous a pas montré à vivre avec le voltage du monde.