Le monde est à toi

La description

Dans ce texte sensible, écrit à l’orée de l’essai, Martine Delvaux interroge son rapport à sa fille. Elle ausculte l’amour et réfléchit à ce qu’il y a de féministe en lui. Comment le féminisme l’informe, et comment cet amour (entre une mère et sa fille) informe la pensée féministe. Car peut-on penser le féminisme, demande-t-elle, sans penser l’amour ?

Reviews

Ce carnet ne s’affiche pas comme un guide, mais il inspire tant qu’il finit par être une référence que l’on revisite encore et encore.

- Isabelle Beaulieu

Ne rien tenir pour acquis, honorer les bûcheuses d'avant, poursuivre la route et aimer le monde, coûte que coûte, en tentant de le rendre meilleur : voilà ce qui se dégage de cette œuvre essentielle portée par un humble et sincère désir de partage.

- Claudia Larochelle

«Je ne sais pas si ce livre est une liste de conseils, de consignes, de recommandations ou d'explications. Si c'est mon regard sur le monde, sur toi, sur moi, ou sur nous. Si ce sont des morceaux d'avenir ou des fragments de mémoire. Ou si, tout simplement, c'est une lettre d'amour, la suite du geste que je pose quand je te prends dans mes bras, ton long corps élancé que je ne peux plus attraper en entier, et que je te dis que je t'aimerai toujours...» Dans ce texte sensible, écrit à l'orée de l'essai, Martine Delvaux interroge son rapport à sa fille. Elle ausculte l'amour et réfléchit à ce qu'il ya de féministe en lui. Comment le féminisme l'informe, et comment cet amour (entre une mère et sa fille) informe la pensée féministe. Car peut-on penser le féminisme, demande-t-elle, sans penser l'amour ?.